Tous les articles par Daniel Richard

Un nouveau Cinémobile pour la Région Centre-Val de Loire

Le Cinémobile, salle de cinéma itinérante unique en France, sillonne depuis 35 ans la région Centre–Val de Loire pour permettre au plus grand nombre d’avoir accès à une programmation cinématographique récente.

Source : article de Magcentre.fr reproduit ici en totalité.

• Classé art et essai et labellisée jeune public, ce service culturel mobile aura séduit environ 52 000 spectateurs en 2022.
• En plus des séances cinéma, les Cinémobiles proposent un programme de rencontres artistiques et citoyennes riche et diversifié (32 événements en 2021).
• Sur l’année scolaire 2021–2022, 7 742 élèves ont bénéficié de séances Cinémobile dans le cadre des dispositifs d’éducation à l’image.
• Les trois Cinémobiles de la région sont des lieux de diffusion, d’animation et de lien social dans 46 communes de la région.
Un nouveau Cinémobile pour sillonner la région

Pour renouveler ses équipements, la Région Centre–Val de Loire a commandé un nouveau Cinémobile qui sillonnera le territoire régional à l’automne 2022.
Elle a ainsi voté une subvention de 990 000€ à l’Agence régionale Ciclic pour cette nouvelle acquisition, sur un coût global de 1 150 000€. Le Centre national du cinéma et de l’image animée a apporté un soutien à hauteur de 100 000 €.
Ce nouveau Cinémobile vient remplacer l’un des 3 Cinémobiles qui sillonnent le territoire régional.

pour en voir plus sur le cinémobile : consulter le site Ciclic – Centre-Val de Loire

Congrès FNCF 2022 – soutien pour la distribution, renouvellement de la chronologie des médias

Source : site « le film Français »

Date de publication : 21/09/2022 – 18:02 sur le site du Film Français

 En introduction du débat avec les pouvoirs publics, Rima Abdul Malak a également dévoilé la prolongation du fonds d’indemnisation pour la reprise des tournages et a évoqué ses ambitions pour la chronologie des médias.

La distribution, en proie à des difficultés financières, demandait un soutien des pouvoirs publics depuis plusieurs mois pour faire face aux conséquences de la pandémie. Dans cette optique, la ministre de la Culture a annoncé aujourd’hui la création d’une aide exceptionnelle de 4M€ permettant le relèvement des plafonds pour les bonus versés sur les MG.

Concrètement, pour les films avec un budget compris entre 0 et 4 M€, le plafond passera de 125 000 € à 250 000 €. Pour les œuvres comprises entre 4 et 8 M€, le plafond passera de 250 000 € à 500 000 €. Ces chiffres sont communiqués pour la seule année 2023 par le CNC à valeur indicative. Ils seront affinés lors des discussions avec les distributeurs. En parallèle, l’aide sélective sera bonifiée d’un montant d’environ un million d’euros.

Rima Abdul Malak a également annoncé la prolongation jusqu’à mars 2023 du fonds d’indemnisation pour la reprise des tournages. Déjà reconduit, ce fonds devait couvrir les sinistres survenant jusqu’au 30 septembre 2022.

« Nous sommes conscients que le séisme de la crise sanitaire a encore des répliques. Il n’est pas facile d’arriver en tant que ministre à la fin du quoi qu’il en coûte. Nous sommes conscients des fragiiités du secteur et continuerons à vous accompagner », déclare-t-elle.

Un renouvellement de la chronologie des médias vivement souhaitée
La ministre de la Culture est revenue sur la clause de revoyure de la chronologie des médias. « Nous n’allons pas attendre trois ans pour renouveler cet accord. il faut agir très rapidement » Rappelons que le CNC a convié les signataires à une première réunion le 4 octobre. 


Jeunesse, transition énergétique, diversité de l’offre au cœur des enjeux
« Ne pas perdre la magie du cinéma à l’heure de la plateformisation de nos vies. Nous faisons face aujourd’hui à un enjeu civilisationnel », a introduit Rima Abdul Malak. 

Le premier défi sera la reconquête du public. La ministre se montre optimiste au regard du line-up de fin d’année estimant une fréquentation pour 2022 entre 150 et 170 millions d’entrées. Une campagne de communication nationale d’une durée d’un mois sera également initiée avant les vacances de la Toussaint autour de l’expérience dans les salles. Il s’agira d' »une mobilisation générale ».

La ministre souhaite penser à plus long terme en faisant de la jeunesse sa priorité. L’éducation artistique et culturelle, la question de l’offre et le sujet du prix « qui ne doit pas être tabou » doivent être au coeur de ces réflexions. « Post Pass Culture, ce sujet devient majeur. Les jeunes m’alertent tous sur cette problématique », indique-t-elle. « Il y a un vrai enjeu de communication sur ces tarifs, sur la perception de la réalité et la réalité elle-même ». La ministre n’exclut pas davantage de souplesse d’un point de vue réglementaire sur les offres tarifaires (cartes d’abonnement et illimitées).

Rima Abdul Malak a également assuré que le Pass Culture et la part collective ne se substitueront pas aux dispositifs existants. 

Le deuxième grand défi est la transition énergétique dès cet automne. Outre les mesures transversales annoncées par Bercy, la ministre a demandé au CNC de permettre aux exploitants d’utiliser le soutien disponible pour faire face à ces hausses énergétiques.

Rima Abdul Malak souhaite également flécher certains engagements des conventions Etat-CNC-Régions vers des actions d’éducation à l’image et la transitition écologique. Elle a également rappelé le disposition éco-responsable Action ! du CNC et le plan France 2030.

Enfin, la ministre attend des exploitants des engagements de programmation « équilibrés et conformes aux lignes directrices » pour garantir la diversité de l’offre.

Une mission « concurrence cinéma »
La ministre annonce avoir, avec Bruno Lemaire, confié une mission à Bruno Lassere intitulée « concurrence cinéma ». Elle portera notamment sur les questions des engagements de programmation de diffusion et des cartes illimitées.

Géographie du cinéma, public, pratiques cinématographiques…

Comme chaque année à cette époque de l’année le CNC vient de dévoiler trois études « prospectives » importantes :

La géographie du Cinéma
qui permet de suivre l ’évolution du parc de salles et de la fréquentation au plan national, mais aussi par région, par département, par agglomération et par commune. Ce dossier met également en lumière l’évolution de l’offre de films en région et par département

Le public du cinéma en 2021
une étude approfondie sur le public des salles de cinéma. Cette étude dresse le profil sociodémographique des spectateurs de cinéma, elle évalue la pénétration du média cinéma et met en évidence la répétition de la consommation cinéma au travers des habitudes de fréquentation.

Les pratiques cinématographiques des Français en 2022
 qui analyse la diversité des pratiques cinématographiques des Français permettant de répondre à de multiples questions :
Comment les spectateurs choisissent-ils d’aller voir un film ?
Quels sont les moyens de promotion qui les influencent le plus ? Comment les spectateurs se rendent-ils au cinéma ?
Combien de temps mettent-ils pour y aller ? Y vont-ils à plusieurs ?
D’où viennent-ils ? Comment réservent-ils leurs places de cinéma ?
Est-ce qu’ils apprécient les services proposés par leurs salles de cinéma ? Combien de cinémas fréquentent-ils en moyenne ?
Quelles sont les autres pratiques culturelles des spectateurs de cinéma ?

🤩Fête du Cinéma 2022 🤩

Cette année plus encore, FÊTONS ENSEMBLE LE CINEMA DANS LES SALLES !
La Fête du Cinéma est de retour dans TOUTES les salles de CINEMA pendant 4 jours.
Du dimanche 3 au mercredi 6 juillet inclus, rendez-vous dans votre cinéma pour profiter d’un tarif unique de 4 € la séance pour tous et pour tous les films.
Une bonne raison pour assouvir votre soif de partager des émotions ensemble dans les salles obscures ! Tous au cinéma !

*Tarif unique de 4 euros la séance dans tous les cinémas participants et à toutes les séances du 3 au 6 juillet 2022 inclus (hors majoration pour les films en 3D, séances spéciales et prestations complémentaires). Offre non cumulable avec d’autres avantages tarifaires.

Pour la liste des films : c’est ici

Qui est Rima Abdul-Malak, la Ministre de la Culture ?

Avant sa nomination comme Ministre de la Culture elle était, depuis 2019, conseillère culture du Président de la République. Au quotidien elle était donc en lien permanent avec Matignon et le ministère de la culture, pour déployer les mesures d’aide au secteur face à la pandémie, et pour faciliter la mise en œuvre de la politique culturelle impulsée par le Président de la République : pass culture, sauvegarde du patrimoine, plan 100% éducation artistique, lecture grande cause nationale, soutien à la création, développement des industries culturelles, réforme de l’audiovisuel, régulation des plateformes, plan de filière presse, politique de restitutions etc.

Souhaitons que le soutien à la création soit aussi un soutien aux films, que le pass culture donne encore plus envie à ses bénéficiaires de fréquenter les salles de cinémas, que la régulation des plateformes soit réelle… etc.

Biographie
(
source : Ministère de la Culture)

Née en 1979, Rima Abdul Malak passe les dix premières années de sa vie à Beyrouth, avant que sa famille, fuyant la guerre civile, décide de s’installer en France, à Lyon.

Diplômée de l’Institut d’Etudes politiques de Lyon puis de la Sorbonne en coopération internationale, elle commence par travailler pour le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement.

En 2001, elle devient directrice des programmes de Clowns sans frontières, ONG fédérant plus de 400 artistes de tous horizons. Elle organise des spectacles et des formations dans les camps de réfugiés, les bidonvilles, les hôpitaux, les orphelinats ou les centres sociaux, du Soudan au Bangladesh en passant par la Moldavie, l’Afghanistan ou les Philippines.

Elle devient ensuite responsable du pôle musiques actuelles à Culturesfrance (aujourd’hui Institut Français).

En 2008, elle rejoint le cabinet de l’adjoint à la culture auprès du maire de Paris, en tant que conseillère pour le spectacle vivant puis directrice de cabinet. En 2012, elle devient la conseillère culture du Maire de Paris.

Elle part ensuite aux Etats-Unis comme attachée culturelle à l’Ambassade de France à New York. Elle y développe des tournées, résidences et expositions d’artistes français, crée un festival dédié aux enfants, ainsi qu’un nouveau programme pour la promotion du design français.

En 2019, elle est nommée conseillère culture du Président de la République et Ministre de la culture le 20 mai 2022.

Le journal officiel du 11/09/2022 publie la nomination des membres de son cabinet :

Comment Disney contourne la chronologie des médias 😣

Les spectateurs français victimes de la bataille autour de la chronologie des médias ?
Disney, le géant américain du cinéma, a décidé de priver les salles françaises du film d’animation de Noël Strange World pour diffuser ce blockbuster directement sur sa plateforme en ligne fin 2022, a-t-il indiqué ce mercredi 8 juin. Cette décision ne s’appliquera qu’en France.
Disney confirmait ainsi à l’AFP une information donnée au site internet spécialisé américain Deadline et au quotidien économique français Les Échos. “C’est la conséquence de la ‘chronologie des médias’ telle que pratiquée en France que nous jugeons inéquitable, contraignante et inadaptée aux attentes de nos audiences”, a déclaré aux Échos la présidente France de Disney, Hélène Etzi.

Par un communiqué la F.N.C.F (Fédération Nationale des Cinémas Français) protestent avec la plus grande vigueur contre la volonté de Disney de priver les Français, et surtout les salles, de son film d’animation de Noël.
Et même si ce type de films privilégie plus les grands groupes que les salles indépendantes Territoires et Cinéma ne peut que regretter cette décision.

Les élus à la culture mettent la pression sur la Ministre de la culture

Par le biais d’une lettre ouverte La Fédération nationale des collectivités pour la culture (FNCC) demande un rendez-vous à Rima Abdul-Malak, la nouvelle ministre de la Culture.
Les élus à la culture ont dressé la liste des sujets à aborder sans délai.
Urgence qu’elle justifie par des « sujets proprement politiques qui méritent une attention particulière ».

A savoir :
– les relations Etat – collectivités ;
– les marges de manœuvre budgétaires des collectivités pour la culture

LES FILMS ET LES SÉRIES SUR LES PLATEFORMES DE STREAMING

Dans notre récente lettre « en bref«  nous vous proposions notre analyse sur la fréquentation des salles entre le premier trimestre 2019 et le même trimestre 2022. Cette période fut difficile pour les exploitants. Certains spectateurs ont changé leurs habitudes.

source AFCAE :
Depuis début 2020 et la pandémie de Covid-19, l’exploitation et la filière cinéma ont vécu une crise exceptionnelle avec deux longues fermetures des salles et une reprise marquée par une baisse significative de la fréquentation depuis bientôt une année. Dans le même temps, l’abonnement aux plateformes et le visionnement de séries et de films sur ces services audiovisuels payants se sont considérablement développés.

Mais, alors que les audiences des médias traditionnels (presse, télé, radio, cinéma) sont analysées et connues en détail, celles des services de streaming ne font l’objet d’aucune étude publique et communication.

Afin de pouvoir mesurer la réalité du développement de ces plateformes de streaming, l’Association Française des Cinémas Art et essai (qui rassemble 1200 cinémas) a commandé une étude à l’Institut de sondages d’opinion IFOP.

Cette enquête a été réalisée entre le 31 mars et le 5 avril 2022, selon un mode de recueil en ligne (sollicitation des membres de l’access panel Bilendi, partenaire de l’IFOP), auprès d’un échantillon de 2 000 personnes âgées de 15 ans et plus (représentativité assurée par la méthode des quotas en termes de sexe, âge, PCS individu, taille d’agglomération et région). L’enquête a porté sur les abonnements aux offres Netflix, Prime Vidéo, Disney+, OCS, My Canal, Salto, Apple+ et SFR Play, en particulier sur une sélection de 38 séries et films grands publics et Art et Essai proposés par ces opérateurs.

Objectifs : connaître les taux d’abonnement aux plateformes pour chaque opérateur, les principales motivations et usages des abonnés, les éventuelles conséquences sur leur fréquentation des salles et enfin avoir des repères sur les niveaux de visionnement des séries et films très grands publics comme des films d’auteur.

Retrouvez ici les résultats de cette étude


et l’analyse qu’en fait l’AFCAE