Archives pour la catégorie Notre lettre « En Bref »

Double inquiétude


Nous vous avons présenté la chronologie des médias dans notre numéro de Janvier-Février 2022.
Prévu pour une durée de 36 mois, il comportait la clause « Au bout de 12 mois suivant l’entrée en vigueur du présent accord, les parties conviennent de se rapprocher, sous l’égide du Centre national du cinéma et de l’image animée, afin de dresser un premier bilan de son application » Mais c’est sans attendre ce délai qu’une première réunion a eu lieu, qui sera suivie par une autre fin novembre et une troisième en janvier 2023. On imagine mal qu’une telle réunion n’aboutisse pas à des modifications portant sur les délais d’accès aux films pour les différents partenaires. C’est pourquoi les exploitants sont très attachés au fait de garder une période d’exclusivité nécessaire à une exploitation rationnelle. L’exemple de l’Italie montre à l’évidence que sans un dispositif de même nature que la chronologie des médias, c’est tout le cinéma qui se trouve fortement pénalisé.

Le fonds jeunes cinéphiles est le second motif d’inquiétude de nature quelque peu différente, mais qui concerne toujours les salles et leurs responsables : Ce dispositif permettait d’apporter une aide financière à des actions d’animation, de communication ou de programmation destinés à des jeunes de 15 à 25 ans, prioritairement pour des films recommandés Art et Essai. Ont été bénéficiaires de ce dispositif plus de 400 établissements. Or il n’est pas certain que le fonds soit reconduit pour l’exercice à venir, d’où l’inquiétude de l’AFCAE qui a publié un texte co-signé par des salles locales et des associations professionnelles territoriales. Voici quelques exemples d’actions telles que décrites sur le site du CNC : l’organisation de séances spéciales, animées notamment en partenariat avec des associations – un travail soutenu d’éducation au cinéma, s’inscrivant dans le prolongement de Lycéens au cinéma ou relevant du nouveau programme Etudiant au cinéma…, – l’organisation d’ateliers d’écriture, de réalisation, de montage, de doublage, de programmation… – la participation à des jurys de festivals – des concours de critiques de films – l’organisation par les jeunes de soirées, de mini-festivals – la pratique d’analyses de films… Compte-tenu des résultats du premier programme, il serait vraiment dommageable que ce dispositif ne soit pas reconduit, alors qu’il a démontré son efficacité en raison notamment du nombre élevé de salles participantes.

Pour l’heure il ne s’agit que d’inquiétudes, ne soyons donc pas pessimistes et espérons qu’au cours de négociations qui s’engagent une solution raisonnable sera trouvée afin que les salles ne connaissent pas d’autres difficultés après ce que la crise du Covid leur a fait subir.

En Bref Septembre-Octobre 2022

EDITO

Les difficultés rencontrées par les salles de cinéma qui peinent à retrouver leur public ne doivent pas masquer que c’est tout l’audiovisuel qui est en fait en mouvement. La notion même du film semble être à redéfinir si l’on considère qu’avec le développement des plateformes qui montrent des séries, mais aussi des «produits» qui ne sont plus présentés dans des salles de cinéma, l’image animée vient compléter le titre de ce qui demeure l’instance de régulation de toutes ces modifications.

L’appel à des états généraux du cinéma n’a peut-être pas assez fait de place à ce bouleversement du paysage audiovisuel.

Quels rôles joueront demain les plateformes dans la création de films que ne verront jamais en salle les spectateurs de cinéma ?

Et qu’en sera-t-il du reste du cinéma réglementé par un système qui repose principalement sur la TSA payée par le spectateur, et sur le soutien des Pouvoirs Publics, avec une participation relativement restreinte de la publicité.

Dans un monde où l’activité commerciale et financière est régulée par le CNC, le «nouvel» intervenant qu’est la plateforme s’est considérablement développé, proposant un nouveau mode d’accès à «l’image animée», et créant de nouveau rapport avec les spectateurs, développant en même temps un nouveau mode de financement basé sur la publicité. Allons-nous vers un système où malgré tout plateformes et salles de cinéma seront régies par une règle commune ? Ou bien y aura-t-il demain deux univers séparés, comme sont déjà séparés le monde de la télévision et celui du cinéma ? Mais cet exemple est à prendre avec précaution car la puissance financière des plateformes est sans commune mesure avec celle de la télévision.

Quant aux discussions autour de la chronologie des médias elles font bien apparaître que les préoccupations des plateformes et celles de l’industrie cinématographique ne sont pas identiques. Mais dans ce contexte orageux n’oublions pas le troisième partenaire, le spectateur, sans la participation de qui tout ceci n’aurait plus aucun sens.

Pour lire et télécharger notre lettre :
soit en ligne, sur Calaméo, en version texte pour vous en faciliter la lecture

soit ci-dessous en pdf

EN BREF MAI-JUIN 2022

EDITO

Reprise ?

Nous espérions tous que le Covid étant entré dans les mœurs, les cinémas allaient retrouver leurs spectateurs. Ce n’est pas encore le fait, mais plus inquiétant, il n’y a pas encore vraiment une augmentation continue du nombre de fidèles du 7ème Art. Il faut donc s’interroger : et si loin d’être face à une récession occasionnelle les salles devaient affronter une situation peu ou prou comparable à celle qu’elles ont connu lorsque la télévision s’est fortement implantée, le nombre de spectateurs passant en 1949 de 387 millions pour 41 millions d’habitants, rapport plus jamais atteint puisque en 2019, dernière année avant Covid, on n’enregistrait que 213 millions de spectateurs pour 65 millions d’habitants.

Il est trop tôt pour comparer vraiment l’impact qu’a eu la télévision avec celui que risque d’avoir le développement des plateformes et des offres diverses. Toutefois l’étude commandée par l’AFCAE à l’IFOP montre que désormais plus de 6 Français sur 10 souscrivent à des offres audiovisuelles payantes, et plus inquiétant, que les habitués des salles de cinéma sont proportionnellement plus nombreux que les autres. Certes il est probable que l’effet de nouveauté s’atténuant, après une période de stabilisation, les entrées dans les salles commenceront à remonter, comme cela a d’ailleurs été le cas après la stabilisation de l’offre télévision. Quelle sera l’évolution au cours des mois à venir ?

Une période de stabilisation semble commencer à s’installer, puisque après une période d’un an de réouverture la chute de fréquentation est estimée à 30%, comme en témoignent les chiffres publiés dans le bilan 2021 du CNC, bilan auquel nous consacrons la page 3.

Vous pouvez aussi lire notre lettre « En Bref » en ligne, sur Calaméo

QUELQUES LIENS CITES DANS EN BREF

° Plaidoyer législatives de la COFAC « Pratiquons, Organisons, Cultivons »

COFAC Rencontres culture 2022 (novembre)

https://cofac.asso.fr/actualite/10875/    

@COFACnationale

° Rapport de la Médiatrice du Cinéma https://www.lemediateurducinema.fr/

° Bilan 2021 du CNC

https://www.cnc.fr/professionnels/etudes-et-rapports/bilans/bilan-2021-du-cnc_1689889

@LeCNC

° Atlas Culture https://atlasculture.fr/

° LACE présentation

https://www.alliance4creativity.com/about-us/

Communiqué de presse de l’ACE https://www.alliance4creativity.com/news/alliance-for-creativity-and-entertainment-takes-down-france-focused-piracy-giants-tirexo-and-zone-telechargement/

° France 2030

https://www.cnc.fr/professionnels/aides-et-financements/multi-sectoriel/appel-a-projet-france-2030–la-grande-fabrique-de-limage–sur-les-studios-et-la-formation_1672282

En « En Bref » – Janvier/Février 2022

Vous pouvez retrouver notre lettre sous diverses formes ainsi que les liens que nous y avons publiés

Sur Calameo vous pouvez aussi la lire en ligne et la télécharger

les liens publiés

Présidentielles 2022
Le Mouvement associatif entre en campagne !
Il appelle les candidates et candidats à l’élection présidentielle à « choisir l’intérêt général » en 13 engagements pour les associations
lemouvementassociatif.org/choisirlinteretgeneral/

Et il leur donne rendez-vous le 7 mars à 18h pour un face à face avec 300 acteurs associatifs
L’événement sera diffusé en direct sur leur page Facebook
et sur Twitch avec les commentaires de Jean Massiet.

Soyez au rendez-vous le 7 mars, pour, ensemble, faire une place à la vie associative, au cœur du débat public !
La campagne d’information du mouvement associatif sur leur site.
Suivre le mouvement associatif sur Facebook

Les festivals

Cannes : 17 au 28 mai ;

Bruxelles : BRIFF – Brussels International Film Festival du 23 juin au 2 juillet ;

La Rochelle : Fema du 10 au 10 juillet ;

Angoulême : Festival Film Francophone du 23 au 28 août ;

Amiens : Festival International du film du 11 au 19 novembre ;

Nantes : Festival des 3 continents du 18 au 27 novembre

« En Bref » – notre lettre

Notre lettre novembre – décembre 2021

Ci dessous vous pouvez la retrouver sous diverses formes ainsi que les liens que nous y avons publiés

La lire en ligne -et la télécharger-sur Calameo

La télécharger en pdf

les liens publiés

Etats généraux des cinémas itinérants :
Le cinéma itinérant en France – étude 2015
Comment rebondir après la crise – table ronde 2021

Europe
Guide interactif culture et création

Fonjep
Le web binaire ISI
L’appel ISI 1-2022

ARP
Les débats des rencontres de 3, 4, 5 novembre 2021

Notre lettre EN BREF Sept-Oct 2021

EDiTO

Et maintenant ?

C’est bien la question qui se pose après une longue période de fermeture des salles, l’adoption de plusieurs dispositifs de soutien pour empêcher toute liquidation de salles. Sans compter les interrogations sur le rapport de spectateurs au cinéma après une période propice au développement des plateformes, sans compter non plus l’acquisition de patrimoine cinématographique par de grandes entreprises privées, à l’image d’Amazon qui n’a pas hésité à verser 6,92 milliards d’euros (8,45 milliards de dollars) et cela pour mettre en cage le lion de la Métro Goldwyn Mayer.

Dans ce contexte il faut se féliciter de l’initiative prise par le CNC de créer un Fonds pour le développement de la cinéphilie du public jeune (15-25 ans) que nous vous présentons ci-contre. Reste que la conquête ou la reconquête d’un public passe aussi comme nous le répétons par l’ouverture de nouvelles salles dans les territoires qui en sont dépourvus. Nous devons donc poursuivre et développer notre action « Cinéma et égalité des territoires » même si la période qui s’ouvre est moins propice à la création d’équipements nouveaux.

Vous trouverez en page 3 notre projet d’activité sur les prochaines années, projet que nous ne pourrons mener à bien qu’avec votre soutien. Mais une meilleure couverture des territoires n’est pas notre seule préoccupation. Comme vous le savez, nous sommes inquiets de voir les petits écrans diffuser des films sans aucun respect de l’œuvre, saucissonnée par la publicité.  On peut d’ailleurs s’interroger : on constate la réduction de la fréquentation des salles par les jeunes, le CNC ayant comptabilisé une baisse de 17,5 millions d’entrées entre 2010 et 2019 pour les 15-25 ans. Cette baisse ne serait-elle pas due, au fait que, pour une partie de  cette tranche d’âge, beaucoup de films sont devenus des produits de consommation courante, et qu’il suffit d’attendre leurs passages sur un petit écran, bien suffisant pour ce type de spectacle qui ne justifie plus la dépense de l’achat d’une place ?

Notre lettre « en bref » – mai/Juin 2021

EDITO

A l’heure de la réouverture et des élections les salles peuvent compter sur les élus.

C’est la réouverture. Était-il si nécessaire de fermer, pour réouvrir, puis refermer, puis enfin revenir par étape à une réouverture que l’on ne peut qualifier de totale puisque demeure des restrictions sur la fréquentation au moins jusqu’à fin juin, et une inquiétude si la situation sanitaire s’aggravait.

Mais en tout cas le retour à la normale est programmé, dégageant la voie pour les salles de cinéma, comme pour les festivals.
Ainsi s’achève donc la période de loin la plus difficile que le cinéma ait connu depuis ses origines.

Mais juin sera aussi marqué par les élections départementales et les élections régionales. C’est l’occasion de souligner le soutien apporté par les élus à la création comme à la diffusion des films. Sans cela nombre de films n’auraient pu trouver leurs financements, et bon nombre de salles n’auraient pu poursuivre leurs activités.

Dans l’actualité, deux dernières marques de l’intérêt porté par les élus au cinéma, répondant notamment aux demandes des organisations professionnelles : Jean-Pierre Sueur, Sénateur du Loiret, a tout d’abord posé une question écrite au Ministère de la culture, il a été ensuite l’initiateur d’une proposition de loi, vous trouverez en page 1 des informations sur ces deux initiatives.

Lire notre lettre en ligne
Télécharger notre lettre en pdf

Ou bien retrouvez la ci dessous 😉

La Lettre « En bref Janvier -Février 2020 »

EDITO :

ÉLECTIONS MUNICIPALES, LES ELUS SOUTIENNENT LE CINEMA
Les prochaines élections municipales sont l’occasion de rappeler le rôle important, essentiel même, que jouent les élus territoriaux par leur soutien au cinéma, non seulement leur soutien aux salles mais également au financement des films. Certes le soutien est plutôt partagé, les villes aidant plutôt la salle de cinéma, les régions le financement des films, les départements diversifiant leurs crédits. Rappelons en outre que les opérations spécifiques destinées aux jeunes spectateurs sont pour l’essentiel soutenues par les Collectivités Territoriales.
Mais ce constat n’est réel que sur une partie des territoires. Car de même que l’implantation des salles de cinéma est très inégale selon les départements, tous les territoires ne sont pas impliqués dans le soutien au cinéma. Il y a donc là matière à réflexion pour les nouveaux élus, comme pour ceux dont le mandat sera renouvelé. Il sera donc souhaitable que des actions d’information et de sensibilisation soient menées aux niveaux des Collectivités Terri-toriales, en particulier celles dont l’équipement en salles, et donc l’indice de fréquentation, sont inférieurs à la moyenne.
Rappelons ce que nous avons plusieurs fois signalé dans En Bref : les indices de fréquentation, selon les départements hors Paris, varient de 1,10 à 4,06. Dans 37 départements seules de 5 à 12 communes sont équipées.
Pour sa part Territoires et Cinéma souhaite engager une action spécifique pour les communes de 5000 à 10000 habitants dé-pourvues de cinéma. Nous souhaitons notamment leur présenter les réalisations de communes équipées dont les caractéristiques sont proches des leurs. Pour ce faire nous avons adressé à ces communes un questionnaire dont nous recevons actuelle-ment les réponses. Nous vous en présenterons la synthèse dans un prochain numéro.
Vous pouvez lire la totalité de la lettre en cliquant ici
Vous pouvez réagir aux articles de cette lette en allant dans « commentaires »

La Lettre « En Bref » Novembre-Décembre 2019

Edito :

ET TOUJOURS « CINEMA

ET EGALITE DES TERRITOIRES »

Nous aborderons en 2020 une nouvelle phase dans le déroulement de cette action. Après avoir étudié la présence (et l’absence) des salles de cinéma dans les communes, nous avons pu constater les disparités que nous avons publiées dans nos précédents numéros. La conclusion de cette étude est, d’une part qu’au-delà de 10000 habitants toutes les communes sont équipées d’au moins une salle de cinéma. En revanche la situation est différente pour les communes entre 5000 et 10000 habitants, puisque seules 370 d’entre-elles sont équipées alors que l’on compte environ 2000 communes dans cette tranche de population. Certes chaque situation doit être examinée, car toutes les communes présentent des situations très différentes : présence d’un multiplexe, proximité d’une salle dans une autre commune limitrophe, etc… Il n’en est pas moins vrai qu’avec une population comparable certains Département ont peu de communes équipées. Comme nous l’avons déjà indiqué, 37 d’entre eux ne comptent que 12 ou moins de 12 communes dans ce cas, alors que d’autres une quarantaine. Les taux de fréquentation en découlent, variant en 2018 de 1,10 à 4,06, hors Paris bien sûr.

Nous reproduisons la carte actualisée issue de «La Géographie du cinéma 2018» parue en septembre dernier, et consultable sur le site du CNC« Indice de fréquentation : rapport entre le nombre d’entrées et la population d’une zone géographique donnée. »

 

Si vous souhaitez lire La lettre « En Bref » de Novembre-Décembre c’est ici.

La lettre « En bref » Mai-Juin 2019

EDITO

Notre rencontre de La Rochelle se tiendra les 03 et 04 juillet avec un temps fort qui sera le déjeuner débat du jeudi 04.

Nous souhaitons à cette occasion échanger avec vous sur le débat qui traverse la profession aujourd’hui et qui porte sur le fait de savoir si une œuvre qui ne sera pas montrée dans une salle de cinéma peut être de même nature qu’un film «traditionnel». Donc jusque-ici lorsqu’on parle de culture cinématographique on ne parle que des films qui ont été montrés dans des cinémas. Qu’en est-il et qu’en sera-t-il des œuvres réalisées pour d’autres types d’écrans ? Car ce débat a des incidences économiques mais il a aussi de fortes résonnances culturelles. Mais bien entendu, Territoires et Cinéma est aussi concerné par les incidences économiques. C’est pourquoi vous trouverez dans les pages centrales une série de prises de position émanant de tous les secteurs de l’industrie cinématographique. C’est l’occasion de montrer tous les risques que comporte une situation lorsque la seule rentabilité économique prime sur tout autre objectif. Les optimistes diront que le cinéma s’est tiré de beaucoup d’autres situations par le passé, et que par exemple la concentration réalisée par le développement des multiplexes n’a pas empêché le maintien de salles de proximité dans un nombre – certes insuffisant – de communes.

Le risque aujourd’hui est plus grand, car il met en cause le mode de fonctionnement d’une industrie où l’initiative personnelle joue un rôle extrêmement important dans le secteur de la production comme dans celui de la réalisation. Ce qui est particulièrement en péril, c’est un système où la réalisation des premiers films, comme celle des films à petits budgets, n’arriveraient plus à trouver les financements publics nécessaires, si au nom même de la sacro-sainte concurrence le dispositif actuel (avance sur recettes, financement par les chaînes de télévision, etc…) était amené à disparaître.
Pour échanger sur ces questions rendez-vous donc le 04 juillet à La Rochelle pour le déjeuner-débat.

Renseignements pratiques et
inscription en nous écrivant :
– par mél : villes.et.cinemas@wanadoo.fr
– par courrier : Territoires et Cinéma
3 rue du Maine 75014 Paris

 

Vous pouvez lire la lettre « En bref » dans a totalité ici

Si vous souhaitez recevoir cette lettre sur votre boite mail, merci de vous inscrire dans la rubrique « commentaires«