La région Nouvelle- Aquitaine aide les cinémas Art et Essai

Mesure de relance en faveur des cinémas Art et Essai.

La crise sanitaire a touché de plein fouet l’exploitation cinématographique. Dans le cadre de son plan de relance la Région Nouvelle Aquitaine a mis en place une aide de  près d’un million d’euro visant à soutenir la petite et moyenne exploitation régionale qui travaille à la promotion et à la diffusion du cinéma art et essai

Et si les autres régions faisaient pareil…

Réaction de la FNCF à la suite de l’annonce du couvre-feu

La Fédération a publié un communiqué intitulé « Couvre-feu : une décision aux conséquences extrêmement graves pour la filière cinéma ». Vous pourrez le lire ci-après ou le retrouver sur le site http://www.fncf.org – rubrique Communiqué de presse

* photo issue du site de la FNCF

« Paris, le 15 octobre 2020

Couvre-feu : une décision aux conséquences extrêmement graves pour la filière cinéma

Les salles de cinéma ont appris hier les modalités d’instauration du couvre-feu dans les zones concernées. En empêchant l’organisation des séances du soir, ce dispositif va fragiliser terriblement l’activité des cinémas de la plupart des grandes villes de France.

En effet, avec une fréquentation déjà réduite de 50 à 70% depuis de nombreux mois, les cinémas vont devoir se passer de ces séances qui représentent plus de la moitié de leur public.

De plus, par effet domino, les salles de cinéma craignent que de nombreux films soient déprogrammés, ne pouvant supporter une telle réduction de leur marché potentiel.

Les salles des zones non concernées par le couvre-feu pourraient alors en subir aussi les conséquences en ayant encore moins de films à proposer, et tout particulièrement les films les plus attendus.

Il s’agirait alors d’un immense gâchis car, depuis leur réouverture, grâce à un guide sanitaire appliqué strictement garantissant la santé des spectateurs, ceux-ci se sont mobilisés pour venir voir les films à l’affiche. Les distributeurs et éditeurs de films français ont proposé de nombreuses œuvres, malgré l’absence de films grand public américains. L’annonce des modalités du couvre-feu risque cependant de mettre un coup d’arrêt à cette dynamique.

De plus, le plan de relance annoncé par la Ministre de la Culture va malheureusement se transformer en plan d’urgence pour éviter que les cinémas ne ferment cette fois définitivement.

Les salles de cinéma en appellent aux distributeurs et éditeurs pour maintenir les films à l’affiche et en proposer de nouveaux. Elles demandent aux pouvoirs publics de permettre aux spectateurs de rentrer chez eux après la séance au-delà de 21h00, les salles pouvant ainsi assurer une exposition suffisante des films.

Les salles de cinéma ont montré qu’elles appliquaient leur guide sanitaire, l’un des plus stricts, pour garantir des conditions sanitaires optimales pour leurs spectateurs afin de les accueillir pour la plus belle des expériences cinématographiques. »

Étude du public des cinémas itinérants

L’Association nationale des cinémas itinérants publie, avec le Centre national du cinéma et le soutien du ministère de la Culture et de l’Agence nationale pour la cohésion des territoires, une étude nationale du public des cinémas itinérants.

Le public adulte des cinéma itinérants est souvent âgé et la conquête des plus jeunes n’est pas simple. A noter que les publics jeunes, en temps scolaire et hors temps scolaire, qui représentent pour certains circuits jusqu’à la moitié de leurs spectateurs, n’ont pas été sondés dans le cadre de cette étude.

Ce travail a été lancé à une période de forte fréquentation pour l’ensemble des exploitants. La pratique, renforcée par le confinement, du visionnement des films non plus en salle mais chez soi, donne un autre éclairage aux données de cette étude. Elle montre que les habitants sont autant attachés à la qualité des programmations qu’à ce qui se joue quand on peut se retrouver ensemble et partager des émotions sur grand écran : le sens du collectif !

L’étude complète est consultable et téléchargeable ici, et la synthèse de 4 pages ici.

Les circuits de cinéma itinérants sont 109 en France, ils couvrent plus de 2000 communes et intercommunalités, principalement en territoire rural et péri-urbain. Ils complètent utilement l’offre cinématographique et culturelle locale, accueillent les dispositifs d’éducation aux images et permettent la rencontre et l’échange entre les habitants – souvent éloignés des autres propositions culturelles – et les équipes des tournages, pour vivre ensemble et s’ouvrir sur le monde.

La Ville de Paris vote une aide de 438.000 euros pour aider les cinémas indépendants

La Ville de Paris a voté ce mardi 6 octobre une aide exceptionnelle de 438 000 euros pour soutenir 36 salles indépendantes de cinéma, mises à mal par le contexte sanitaire.
438 000 euros dans l’enveloppe. Une aide municipale qui sonne comme une bouffée d’air pour les 36 cinémas indépendants de la capitale. Dans le détail, le montant est fixée à 5 000 euros par salle et 40 000 euros maximum pour chacun des 36 cinémas parisiens. Ce soutien représente environ la moitié de l’effort financier fait chaque année par la capitale pour ces salles.
Ces subventions vont être répartie entre des salles du quartier Latin et d’autres zones de Paris, dont certains établissements accueillent les cinéphiles depuis des décennies.
Un vœu a été voté en faveur du dernier cinéma associatif de Paris, la Clef, menacé d’expulsion : « On s’est engagés à tout faire pour sauver ce cinéma unique » du quartier Latin, précise Carine Rolland, adjointe à la culture de la Ville de Paris.

Lire la délibération du conseil de Paris
Lire l’article de France Bleu Paris

La « géographie du Cinéma 2019 » par le C.N.C

Comme chaque année en septembre le CNC publie « La géographie du cinéma », étude qui dresse un état des lieux du parc cinématographique français.

 

Ainsi nous constatons que 2019 a été une année record pour les salles avec :

  • 213 millions d’entrées, troisième plus haut niveau depuis 1966 ;
  • un parc de salles en croissance avec 2 045 cinémas et 6 114écrans.

Mais en approfondissant ce dossier à Territoires et Cinéma nous constatons -comme nous l’avons déjà, et plusieurs fois, souligné- qu’un français sur deux n’a pas de cinéma dans sa commune.
Si 81,1 % des communes de 20 000 à 50 000 habitants disposent d’au moins un cinéma, 56,5 % des communes de 10 000 à 20 000 habitants sont dans ce cas en 2019 et seulement 3,0 % des communes de moins de 10 000 habitants.
En somme, s’il est tout à fait exact qu’une partie de la France est convenablement équipée, il est encore plus exact qu’une autre partie est complètement éloignée des salles de cinéma.

Dans cette même étude on découvre (page 49) que « Le choix de la salle dépend de la la proximité du domicile (69,0 % en 2020) est l’argument le plus cité par les personnes interrogées »

Bien entendu la situation actuelle ne présage rien de bon pour la « géographie du cinéma 2020 ! »
Pour en savoir plus nous vous invitons donc à consulter la page « études et prospectives »du site du CNC qui, outre la géographie du Cinéma, propose -entre autres- les « chiffres clés par Région », une « analyse du Public du Cinéma en 2019 ».

Et sur ce même site vous trouverez une « datavisualisation » permettant de naviguer selon les différents découpages du territoire.