1917 de SAM MENDES

1917 de Sam Mendès

Avec un tel titre on pouvait s’attendre à un film qui nous plonge dans la reprise de la guerre de mouvement après trois années d’enlisement dans les tranchées avec la stratégie militaire qui s’ensuivait et des scènes de bataille épiques.  Que nenni ! Ici nous sommes dans un film de survivance avec toutes les limites que cela comporte.

Deux soldats anglais, pas très aguerris, se voient confier une mission assez singulière et affrontent les allemands et passent de niveaux en niveaux comme dans un jeu vidéo. « 1917 » est techniquement étonnant, avec son long plan séquence sans ellipse. Pourtant, passé la surprise de cette prouesse visuelle, le film échoue du fait de ses invraisemblances, de son manichéisme digne d’un film de propagande, de son interprétation peu convaincante et surtout du fait de l’absence de scénario. Malgré une ambition manifeste dans sa réalisation, « 1917 » semble être à la Première guerre mondiale ce que « Gravity » était à l’espace, un film de survivance immersif mais sans second degré, voire de premier degré tout court ! C’est là certes une opinion bien « tranchée » ! Michel SENNA

Dis, c’est quoi… les « grands groupes » de cinéma ?

Dans notre jargon on parle de cinéma (le lieu) et d’écran (la salle).
En France il y a 2 040 cinémas et 5 982 écrans. Mais ce sont seulement 3 groupes qui se partagent plus de 50 % des spectateurs alors qu’ils n’ont que 8 % des cinémas et 32 % des écrans.
Leur politique de programmation est bien sûr décidée en très…très…très grande partie par des programmateurs nationaux en fonction, essentiellement, d’une rentabilité commerciale assurée. Compte tenu du nombre de spectateurs qu’ils attirent rares sont les distributeurs de films qui leur refusent quelque chose… au détriment des cinémas indépendants.

Pathé (enseignes Pathé et Gaumont) = 69 cinémas et 793 écrans ;
UGC (Union générale cinématographique) = 40 cinémas et 426 écrans ;
CGR (Circuit Georges Raymond) = 72 cinéma et 686 écrans.
Source : géographie du Cinéma – C.N.C – 09/2019

« Pour des états généraux du cinéma indépendant et de la diversité »

Dans le cadre de la 7e plateforme professionnelle de Cinéma du réel (du 17 au 20 mars), le Forum public accueille cet événement réunissant toute la profession, organisé par l’ACID, l’AFC, l’AFCAE, le Cinéma du Réel, le DIRE, le GNCR, le SCARE, le SDI, le SPI et la SRF. Le mardi 17 mars au Forum des images, syndicats et associations œuvrant pour l’indépendance du cinéma se mobilisent pour rappeler leur engagement à faire émerger des films ambitieux, défendre un système qui permet à tous d’exister et rappeler aux pouvoirs publics leur rôle de régulateur.

http://www.art-et-essai.org/actualites/1166162/pour-des-etats-generaux-du-cinema-independant-et-de-la-diversite

 

Dis, c’est quoi… l’exploitant indépendant ?

L’exploitant indépendant ne dépend que de lui même. Il a un seul but : arriver à faire ce qu’il veut faire ! Pour cela il cherche toujours à mettre en adéquation la logique de la satisfaction de son public et la logique commerciale. Il exploite souvent un cinéma avec peu de salles, labellisé Art et Essai, et accepte de programmer des films que nous ne verrions pas ailleurs. Contrairement aux grands groupes il décide de sa programmation pas uniquement en fonction d’une rentabilité commerciale assurée.

 

Cette rubrique « Dis c’est quoi »  nous permet -en peu de mots- de donner une,  ou plutôt notre,  définition d’un terme lié à nos champs d’activité.
Nous la voulons collaborative… alors n’hésitez pas à nous soumettre vos questions. Nous y répondrons à notre manière.