Bernard Natan, figure du cinéma d’avant-guerre

Le documentaire Natan, le fantôme de la rue Francoeur de Francis Gendron, dresse le portrait de Bernard Natan, entrepreneur et producteur qui permit à la société Pathé de devenir un grand studio de cinéma à partir du milieu des années 20, avant de mourir à Auschwitz en 1942.

Voir la bande annonce de ce film qui est sorti en salles le 19 juin 2019.

Source CNC

« Nombre de films ne sont-ils pas peu vus parce qu’ils sont médiocres ? »

Tout le monde s’accorde à dire qu’il y a trop de films en salles, mais, ce qui est inédit, c’est que des voix s’élèvent pour critiquer la qualité même des œuvres, relève Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde ».

Ce qu’en pense l’AFCAE (Association Française des Cinémas Art et Essai) :
« Quand on veut tuer son chien… » : Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage… surtout s’il est en bonne santé. En forçant le trait, c’est ce qui arrive au cinéma français en général et au Centre National du Cinéma dans plusieurs articles de la presse généraliste nationale. Une petite musique libérale lancinante et insistante égratigne le secteur.
Prenons la dernière tribune de Michel Guerrin, publiée dans Le Monde datée du samedi 15 juin, et titrée « Nombre de films ne sont-ils pas peu vus parce qu’ils sont médiocres ? ».
Dans sa conclusion, le journaliste se félicite du million de spectateurs en salle promis au film Parasite, en pointant néanmoins que les qualités de la Palme d’Or sont justement celles qui manquent à certains films français. « Voilà un film inclassable, attractif et complexe à la fois, qui croise les genres et qui est d’une force plastique sidérante. N’est-ce pas cet alliage qui manque souvent au cinéma français ? ». Effectivement, si l’on compare la plupart des films à la Palme d’Or, on risque de constater qu’ils sont moins bons. On peut aussi relever, après Roland Garros, que la plupart des joueurs de tennis sont décevants sur terre battue, comparés à Rafael Nadal.

Plus sérieusement, puisque l’on parle du Festival de Cannes, on glissera au passage que la Corée du Sud aura tout de même attendu 72 ans avant de décrocher sa première Palme d’Or. Et surtout que le cinéma français fait excellente figure au palmarès : Grand Prix à Mati Diop pourAtlantique, coproduction franco-belgo-sénégalaise ; Prix de la mise en scène aux frères Dardenne pour Le Jeune Ahmed, coproduction franco-belge ; Prix du scénario à Céline Sciamma pour Portrait de la jeune fille en feu ; Prix du jury (ex æquo) à Ladj Ly pour Les Misérables ; mention spéciale à Elia Suleiman pour It Must Be Heaven, coproduction franco-palestinienne ; Caméra d’Or à Nuestras Madres, coproduction franco-belgo-guatemaltèque ; Grand Prix de la Semaine de la Critique à Jérémy Clapin pour J’ai perdu mon corps ; Label Europa Cinemas à Nicolas Pariser pour Alice et le maire et j’en passe. Hors Palme d’Or, le cinéma français fait une razzia au palmarès avec des œuvres variées, inspirées, pour beaucoup excellemment écrites, et l’on fait la fine bouche ? C’est tout bonnement incompréhensible. La quasi-totalité des titres ne sont pas encore sortis en salles, mais on peut être confiant sur leur accueil public. Et si Parasite va rencontrer un tel succès en salle en France, c’est AUSSI parce qu’il a reçu la Palme du plus grand festival de cinéma du monde et qu’il est soutenu par un parc de salles au public exceptionnellement cinéphile. Nous signalons au passage, que contrairement à ce que dit l’article précité, le public des films d’auteur* résiste nettement mieux que celui des films grand public (en particulier pour les titres américains en 2018).

Faut-il une énième fois le rappeler ? Le cinéma français est champion européen toutes catégories : fréquentation, parc de salles, production. Par sa politique de coproduction, il est le poumon du cinéma d’auteur international. C’est le résultat d’un système ancien, solide, cohérent sur l’ensemble de la filière, maintes fois copié. Alors pourquoi désigner un verre à moitié vide quand il est aux trois quarts plein ? La critique ici se concentre sur la surproduction de films et la question de son éventuelle corrélation avec l’argent public. Deux terrains bien dangereux. Michel Guerrin parle de la « prolifération » des œuvres. Un terme étonnement négatif pour parler de production culturelle. Oui, il y a beaucoup de films, oui beaucoup d’entre eux ne touchent pas leur public en salles. Mais quelques éléments pour relativiser ce constat : l’exploitation publie TOUS SES CHIFFRES (y compris les mauvais) quand les autres diffuseurs ont plutôt tendance à ne parler que des bons et des moins bons voire à ne rien communiquer du tout (cf les plateformes) ; la forte production aboutit à une véritable diversité qui est nécessaire au renouvellement des talents, un système dont la rentabilité est à penser sur le long terme : en 2009, l’allemande Maren Ade n’enregistre que quelques milliers d’entrées avecEveryone Else et atteint pourtant plus de 300 000 entrées sept ans plus tard avec Toni Erdmann. Peut-on dire que Everyone Else était un échec ? Artistiquement, ce fut une réussite, économiquement, c’était une étape indispensable dans la carrière de l’autrice. Ce temps de mûrissement des talents, cette nécessaire diversité sont de moins en moins audibles dans les médias, sur la scène politique et dans les stratégies industrielles. On touche ici, justement, à la pertinence de l’intervention publique, qui, dans l’esprit, vient compenser les logiques économiques à court terme qui peuvent faire fi des enjeux culturels.

On lit, toujours dans le même article précité, que s’il y a « prolifération »des œuvres, hypothèse, ce ne serait pas « sans lien » avec l’abondance d’argent public. S’il y avait moins d’argent public, il y aurait effectivement sans doute moins de films, pour le vérifier il suffit de jeter un coup d’œil sur les productions italiennes, allemandes, espagnoles, britanniques, japonaises… Est-ce que, pour autant, leur production est de meilleure qualité ? Non, loin s’en faut. Nous sommes tout de même ahuris qu’un quotidien national de référence pose comme hypothèse crédible la baisse de l’intervention publique pour dynamiser un secteur culturel. C’est sans doute un signe des temps qui intervient quelques jours après la publication d’un rapport parlementaire signé par la députée Marie-Ange Magne (LREM) et quelques jours avant le renouvellement du poste de Présidente du CNC. Un CNC, qui « a plutôt bien fonctionné pendant soixante-dix ans » (sic) mais que la députée Marie-Ange Magne ne considère pas comme suffisamment transparent, qu’il faudrait contrôler un peu plus et, enfin, dont il faudrait plafonner les ressources même si les taxes perçues venaient à augmenter avec notamment « la nécessité de redéterminer les caractéristiques de la vie d’une œuvre cinématographique dont l’aboutissement n’est peut-être plus nécessairement la sortie en salles ». Une formulation bien abusive : cela fait des décennies que la salle n’est pas « l’aboutissement » de la diffusion mais sa première étape, ce qui est notoirement différent. Franck Riester, ministre de la Culture, a contesté point par point cette analyse, et l’on peut s’en féliciter. Mais il demeure une impression tenace : malgré tous les succès que le cinéma français peut enregistrer, il arbore, comme un stigmate, les marques du vieux monde. André Malraux et Jack Lang sont des références mais c’est le passé ! Côté nouveau monde, où en est le projet emblématique de la campagne présidentielle annoncé par Françoise Nyssen comme une « révolution », je veux parler du Pass Culture ? Rappel, l’objectif est de donner aux jeunes de 18 ans une belle somme pour consommer de la culture sans pour autant financer et développer la transmission du goût, de l’envie et de la curiosité. Dit autrement, mettre du carburant à une voiture dont la courroie de transmission n’a pas encore été vérifiée. Il y a deux ans, le gouvernement annonçait à terme 800 000 Pass à 500 euros. Soit 400 millions d’euros : plus de la moitié du budget du CNC, tous secteurs confondus (audio-visuel et cinéma) ! Deux ans après l’élection de 2017, 12 000 jeunes détiennent le Pass Culture, soit 1,5% de la classe d’âge. En 1948, deux ans après la création du CNC, le fonds de soutien était créé dans le cadre des accords Blum-Byrnes. Apprenti-sorcier besogneux et donneur de leçons, le nouveau monde a encore à apprendre des méthodes et de l’esprit du passé.

François Aymé
Président de l’Association Française des Cinémas Art et Essai

*En 2018, les films recommandés art et essai représentent 21,5% du marché contre 19,5 en 2017. Source : Rentrak.

« Venise n’est pas en Italie » de Ivan Calbérac

L’histoire telle qu’on la trouve sur internet :

« La famille Chamodot est fantasque et inclassable. Bernard, le père, un peu doux-dingue, fait vivre tout le monde dans une caravane, et la mère, Annie teint les cheveux de son fils Émile en blond, parce que, paraît-il, il est plus beau comme ça !!! Quand Pauline, la fille du lycée dont Émile est amoureux, l’invite à Venise pour les vacances, l’adolescent est fou de joie. Seul problème, et de taille, les parents décident de l’accompagner avec leur caravane, pour un voyage aussi rocambolesque qu’initiatique. »

L’adaptation théâtrale de ce roman avait visiblement été très saluée. Ni lectrice du roman, ni spectatrice de la pièce, j’ai découvert un film qui m’a séduite. Les ingrédients sont communs à bien des histoires où la différence sociale entre deux familles est prétexte à des situations tragi-comiques. Mais peu de films du genre nous amène à nous intéresser à la situation comme si les événements arrivaient à des gens que l’on connaît réellement et que l’on aime bien. Une véritable empathie naît grâce à l’interprétation de Benoit Poelevoorde et de Valérie Bonneton, parents aimants, parents s’aimant.

Helie Thonnat, qui joue leur fils Emile, donne le change face à ces deux comédiens. Il est plus jeune et moins connus de nous que Vincent Lacoste lorsque ce dernier était confronté à Benoit Poelevoorde et à Gérard Depardieux dans « Saint-Amour », mais il occupe tout autant la place qui lui est offerte, cela mérite d’être salué.

Mais tous ceux qui composent cette comédie sont justes, et le film ne tombe pas dans la facilité.

Chanson au générique de fin, Serge Reggiani « Venise n’est pas en Italie »…a (re)découvrir sur le site l’INA !

https://www.ina.fr/video/I07120259/serge-reggiani-venise-n-est-pas-en-italie-video.html

Céline Recchia

« Parasite » de Bong Joon Ho

« Qu’est-ce que c’est que cette histoire à la mords moi ! »…tel est le commentaire entendu dans la salle à la fin du film ! Certes je ne partage pas cet avis, mais pourtant…

Drôle, le film l’est certainement, sur fond de critique sociale, qui justifie l’action de chacun des protagonistes d’ailleurs. Si l’ensemble et intelligemment ficelé, avec des acteurs au jeu humain plausible, un certain grotesque vraiment plaisant dans la première partie décrédibilise malgré tout la situation dramatique finale. A mon sens, la bascule entre réalité et extravagance ne se fait pas aussi bien que dans « Pulp Fiction », autre Palme d’or.

Car finalement c’est à se demander si le film ne souffre pas plus de la Palme que d’autre chose. Car on passe un très bon moment, avec ce film emmené, amusant et prenant, mais dont on ne peut pas s’empêcher de se demander tout au long, si, malgré une réalisation brillante, il était normal qu’il est enlevé le trophée…

Mais ne vous découragez-pas avec ce genre de considérations, et découvrez-le, cela ne reste que mon avis et à l’entendre, ce n’était pas l’avis de toute la salle !

Céline Recchia

Rencontres de La Rochelle 2019

Notre rencontre de La Rochelle se tiendra le 04 juillet sous forme d’un déjeuner débat

Nous souhaitons échanger avec vous sur le débat qui traverse la profession aujourd’hui et qui porte sur le fait de savoir si une œuvre qui ne sera pas montrée dans une salle de cinéma peut être de même nature qu’un film «traditionnel».

Donc, jusque-ici, lorsqu’on parle de culture cinématographique on ne parle que des films qui ont été montrés dans des salles d’exploitation cinématographique.

Qu’en est-il et qu’en sera-t-il des œuvres réalisées pour d’autres types d’écrans ?

Ce débat a des incidences économiques mais il a aussi de fortes résonnances culturelles.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de ce texte dans l’Edito d’En Bref : https://territoires-cinema.fr/2019/05/31/la-lettre-en-bref-mai-juin-2019/

Pour échanger sur ces questions rendez-vous donc le 04 juillet à La Rochelle pour un déjeuner-débat :

Renseignements pratiques et inscription en nous écrivant :
par mél : villes.et.cinemas@wanadoo.fr
par courrier : Territoires et Cinéma
3 rue du Maine 75014 Paris

(Merci de cette inscription préalable, nécessaire à l’organisation, le nombre de place étant limité. Dès réception de celle-ci, nous vous indiquerons les renseignements pratiques)

Quel rapport des jeunes à l’image ?

« Les images sont comme des mots pour les jeunes aujourd’hui » résume Benoît Labourdette, cinéaste, lorsque l’Observatoire des Politiques Culturelles l’a interwievé sur un état des lieux du rapport des jeunes à l’image.
Qu’est-ce qui a changé entre la culture de l’image des adultes et celle des jeunes nés après les années 2000 ?

source : site de l’Observatoire des Politiques Culturelles

En savoir plus sur Benoît Labourdette : Clic ici

L’éducation populaire, remède aux fractures françaises ?

Dans un rapport adopté le 28 mai dernier, la section éducation-culture-communication du Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle l’Etat et les collectivités locales à réinvestir le champ de l’éducation populaire.

Ce rapport est a rapprocher de la signature de la Charte d’engagements réciproque entre la Ministre de la Culture et la COFAC * (dont la Présidente est membre du Bureau du CESE)  et dont Territoires et Cinéma est membre (fondateur et membre du Bureau). 

* COFAC : Coordination des Fédérations et Associations de Culture et de Communication