Archives pour la catégorie Les brèves

SPECTATEUR, MON BEAU SOUCI

Dans sa lettre datée de septembre 2019, l’A.C.I.D (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) propose un article dont le texte est dans l’esprit de ce que nous, Territoires et Cinéma, disons depuis toujours…

Tout chantier de réflexion sur les transformations qui touchent actuellement le monde du cinéma devrait commencer par cela ; par ceux-là : le spectateur et sa place. Non pas simplement la place qu’il paye (un simple fauteuil) mais bien plutôt celle qu’il occupe, comme sujet actif d’une expérience artistique, et pas comme simple consommateur passif de contenus. La différence est aussi fondamentale qu’actuelle : d’occupation de lieux, d’espaces à se réapproprier, il est plus que question aujourd’hui. Ainsi, penser en spectateurs, c’est avoir l’ambition d’aborder le malaise qui affecte le cinéma français depuis un point de vue qui redonne à la réflexion politique, esthétique et économique, une certaine hauteur qui, il faut bien le dire, lui manque par trop ces derniers temps. Cela devrait nous obliger à reconsidérer collectivement la signification de notions aussi essentielles que « indépendance », « création », « diversité », « intérêt général », « art et essai » en regardant, les yeux grand ouverts, ce qui (se) passe dans les salles de cinéma.
Nous croyons profondément que le spectateur n’est pas une simple unité, une valeur d’échange, un chiffre que l’on scrute fébrilement chaque soir ; il n’est pas un score. Il a un corps, un visage, une histoire, des désirs. Il est, par essence, multiple et singulier.
[…]

Clément Schneider pour le CA de l’ACID

Politique de soutien à la construction et à la modernisation des salles

15ème législature

Le 12 mars denier Madame Sophie METTE, députée de Gironde interrogeait, par une question écrite, M. le ministre de la culture sur la politique de soutien à la construction et à la modernisation des salles par le Centre national du cinéma et de l’image animée.
Voici le texte de la question ainsi que la réponse publiée le 27/08/2019.
Question N° 17610
de Mme Sophie Mette (Mouvement Démocrate et apparentés – Gironde )
Question écrite
Ministère interrogé > Culture
Ministère attributaire > Culture

Rubrique > arts et spectacles

Question publiée au JO le : 12/03/2019 page : 2269
Réponse publiée au JO le : 27/08/2019 page : 7681
Date de signalement: 09/07/2019

Texte de la question

Mme Sophie Mette interroge M. le ministre de la culture sur la politique de soutien à la construction et à la modernisation des salles par le Centre national du cinéma et de l’image animée. L’aide sélective « à la petite et à la moyenne exploitation » permet de soutenir cette politique essentielle pour l’implantation des cinémas sur tout le territoire et contribue à faire de la France l’un des plus grands pays du cinéma avec des salles présentes dans les centres-villes comme dans les zones rurales. Cette aide sélective est financée par une partie du produit de la taxe spéciale additionnelle (TSA) prélevée sur les billets vendus par les salles. Pour la première fois en 2018, le Centre national du cinéma et de l’image animée n’a pas souhaité que le budget initial de cette aide de 7 millions d’euros soit adapté au nombre de dossiers présentés comme c’était le cas les années précédentes puisque, par exemple, celui de 2017 avait dépassé 10 millions d’euros et la moyenne de cette aide sur les cinq dernières années était proche de 9 millions d’euros. Le refus du CNC, à l’inverse des années passées, d’adapter le budget de cette aide aux sollicitations et aux besoins des salles et des territoires revient à réduire de près de 20 % le volume de l’aide accordée ou à supprimer une dizaine de projets dans les centres-villes comme dans les zones rurales, alors que le montant de la TSA versée par les salles de cinéma au CNC est stable en 2018. Des dossiers de construction ou d’extension de cinémas prévus pour être examinés en 2018 ont en outre été repoussés en 2019, fragilisant leur montage financier et réduisant d’autant les crédits disponibles pour l’année 2019. Le soutien à la construction et à l’extension des salles de cinéma est pourtant la pierre angulaire d’une politique de soutien à la diversité du cinéma comme à sa présence sur tout le territoire auprès de tous les Français. Elle l’interroge donc sur l’opportunité de réévaluer ce dispositif au niveau antérieur pour assurer la continuité d’une politique essentielle à la vie culturelle et économique locale qui a permis à la France d’être le premier pays européen en terme de fréquentation cinématographique.

Texte de la réponse

La politique de soutien à la création et modernisation des salles du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) est mise en œuvre à travers deux dispositifs de soutien financier. D’une part, le soutien automatique à l’exploitation, qui constitue un encouragement fort à l’investissement dans les salles de cinéma. Chaque établissement cinématographique bénéficie d’un compte de soutien automatique géré par le CNC. Les droits au soutien sont calculés sur la base d’un pourcentage de la taxe spéciale perçue sur le prix du billet d’entrée (TSA) que génère chaque établissement. Ce système automatique, redistributif et dégressif, privilégie les exploitations de petite et moyenne taille. Le nouveau barème de calcul adopté en 2013 a porté à 50 % en moyenne le « taux de retour » pour l’ensemble des établissements cinématographiques, c’est-à-dire la part de la TSA versée par un établissement cinématographique inscrite à son compte de soutien. Les droits inscrits au compte de soutien automatique sont utilisables par les exploitants réalisant des dépenses d’investissement dans leurs salles (travaux de rénovation, équipements, création de nouvelles salles). Des avances sur les droits futurs peuvent par ailleurs être consenties en cas d’insuffisance des droits acquis pour financer les travaux prévus. En 2018, 64 M€ ont été mobilisés au titre de ce soutien, dont 21,8 M€ au titre de droits acquis et 42,2 M€ sous forme d’avances sur droits futurs. Le soutien automatique a bénéficié à 765 établissements. D’autre part, l’aide sélective à la petite et moyenne exploitation (anciennement « aide sélective à la création et à la modernisation de salles en zone insuffisamment équipée »), qui est un outil décisif pour l’aménagement culturel du territoire. Ce dispositif de soutien sélectif a vocation à compléter, pour certains projets, le soutien apporté par le compte de soutien automatique à l’exploitation. Il a pour objectif de favoriser la modernisation du parc de salles dans une optique d’aménagement du territoire, en veillant à préserver la diversité de la diffusion. L’aide est attribuée en fonction de l’intérêt cinématographique du projet présenté, de la qualité des aménagements proposés, de la diversité de l’offre, de l’utilité sociale du projet ou encore des conditions de son équilibre financier. Elle est réservée aux exploitants d’établissements de spectacles cinématographiques ayant réalisé, en moyenne, au cours des deux années précédant la demande d’aide, moins de 1 % des entrées sur le territoire national. En 2018, 49 projets ont sollicité l’aide sélective à la petite et moyenne exploitation. Parmi ces projets, 42 ont obtenu une subvention pour un montant total de 8,06 M€, et sont répartis comme suit : 37 projets concernent les cinémas de la métropole pour un montant total de subvention de 7,05 M€, et 5 projets sont situés dans les DOM pour un montant total d’aide de 1 M€. Cette aide a représenté en moyenne 8,3 % du coût des projets soutenus en métropole et 26,3 % dans les DOM. Ce mécanisme demeure un outil décisif d’aménagement culturel du territoire. Il est à noter qu’en 2018, 26 projets aidés (pour une aide totale de 4,3 M€, soit 53 % du montant total de l’aide attribuée) ont concerné des unités urbaines de moins de 30 000 habitants. 11 projets soutenus (pour une aide totale de 1,43 M€) appartenaient à des unités urbaines de moins de 5 000 habitants. Le budget alloué à l’aide s’élève, en 2019, à 7,05 M€. Ce niveau est identique à celui attribué en 2018, et proche de celui qui avait été attribué en 2014 et 2015. Certes, en 2016 et 2017, des compléments budgétaires exceptionnels avaient pu être alloués au dispositif et porter son montant à 8,5 M€ et 9,8 M€ (hors DOM), mais ils étaient tirés de ressources exceptionnelles, non pérennes. S’agissant du « report » de l’examen de certaines demandes d’aide à la fin de l’année 2018, il est à préciser que ces demandes d’aide ont nécessité des compléments d’information avant leur examen en Commission. Cette situation n’a rien d’exceptionnel, seules les demandes complètes et instruites devant être examinées par la Commission. Le contexte budgétaire du CNC n’a pas permis en 2018 de procéder à des dotations supplémentaires en fin d’année. Pour autant, le ministre de la culture a souhaité préserver autant que possible le soutien apporté à la filière cinéma et même développer les aides qui répondent à des enjeux stratégiques majeurs pour l’avenir de la filière (aide aux salles classées art et essai notamment).

Un moment crucial pour le cinéma français et européen

Le conflit actuel entre la profession et l’État sur la future présidence du C.N.C est d’autant plus dommageable que la présidence de Frédérique Bredin s’était déroulée à la satisfaction générale de tous les intéressés.
Le communiqué de l’ARP (Auteurs, Réalisateurs, Producteurs) nous semble bien définir les inquiétudes de la profession et bien définir aussi la problématique, c’est pourquoi nous le publions ci-dessous :
***
Le 12 juillet 2019,
À l’aube d’une nouvelle présidence à la tête du CNC, et alors que notre régulation a permis à la France de se hisser parmi les toutes premières cinématographies au monde, créant une valeur symbolique, culturelle et économique inestimable, nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, voudraient casser ce modèle exceptionnel.

Certes, des ajustements doivent impérativement être mis en œuvre, pour intégrer notamment les nouveaux acteurs dans notre écosystème de financement de la création. Des asymétries doivent être corrigées. Les missions de service public portées par le CNC doivent être mieux définies. Ce modèle doit être modernisé, comme nous le faisons depuis plus de soixante-dix ans.

Mais nous le répétons au Président de la République : notre modèle est tout sauf malade. N’oublions jamais que cette exception culturelle est un immense succès: plus de 200 millions d’entrées en salle, dont 40% pour des films français ; des œuvres uniques portées dans les plus grands festivals au monde ; des talents qui éclosent chaque année grâce à un système qui encourage la diversité des films ; des centaines de PME employant des techniciens hautement qualifiés que le monde entier nous envie ; un tissu unique de salles de cinéma, qui irriguent nos territoires d’œuvres singulières, qui créent du lien social et de l’éducation à l’image. Il devient insupportable que ce modèle soit systématiquement attaqué et vilipendé, par des prises de position qui méconnaissent les enjeux, qui ignorent la valeur créée, qui se réfugient dans de bas anathèmes.

Nos principes essentiels doivent impérativement être préservés : préfinancement, indépendance de la création, spécificité du cinéma par rapport à l’audiovisuel, rôle du service public. Toute démarche qui viserait à annihiler notre diversité culturelle sera fermement combattue par les cinéastes. Plus que jamais, notre souveraineté culturelle, la liberté des créateurs, la vivacité de nos industries culturelles ont besoin d’une régulation forte, équilibrée et adaptée aux nouveaux usages et modèles économiques. Nous aurons évidemment à coeur de rappeler à la prochaine présidence du CNC les fondamentaux de notre cinéma, ce qui en fait sa force et sa chance de tirer son épingle du jeu dans la compétition mondiale qui se livre déjà. Sur ces sujets de fond, les Cinéastes de l’ARP restent pleinement mobilisés.

De toute évidence, le Président de la République ne semble pas considérer pas la politique culturelle de notre pays comme essentielle et fondamentale, pensant peut-être que la souveraineté et la liberté de la pensée et de la création en France et en Europe ne peuvent s’évaluer qu’en terme de rentabilité. Il aurait tort, car à la veille du prochain projet de loi audiovisuelle, dont les contours semblent bien davantage financiers que culturels, il est plus que jamais urgent d’affirmer, tous ensemble, une conviction de politique culturelle, qui dépasse les intérêts particuliers et uniquement industriels. Notre responsabilité collective est immense, au service des spectateurs, des citoyens, de la jeunesse et des créateurs de demain.

Illustration : ||Anna Fazekas, a.k.a Violeta||

la Méca, nouveau laboratoire de la création artistique en nouvelle-aquitaine

Inauguration, à Bordeaux, de la MECA, la Maison de l’Economie Créative et de la Culture en Nouvelle-Aquitaine.
Le nouveau siège des trois agences : le Frac (Fonds d’art contemporain), l’OARA (Office artistique) et l’ALCA (Agence livre, cinéma et audiovisuel).
L’un des buts de leur regroupement est la création de liens transversaux, de synergies.
L’édifice, au bord de la Garonne, conçu par Bjarke Ingles, architecte danois associé à l’agence parisienne Freakds free architects (in french),est devenu un totem urbain.

La Meca

Bernard Natan, figure du cinéma d’avant-guerre

Le documentaire Natan, le fantôme de la rue Francoeur de Francis Gendron, dresse le portrait de Bernard Natan, entrepreneur et producteur qui permit à la société Pathé de devenir un grand studio de cinéma à partir du milieu des années 20, avant de mourir à Auschwitz en 1942.

Voir la bande annonce de ce film qui est sorti en salles le 19 juin 2019.

Source CNC

« Nombre de films ne sont-ils pas peu vus parce qu’ils sont médiocres ? »

Tout le monde s’accorde à dire qu’il y a trop de films en salles, mais, ce qui est inédit, c’est que des voix s’élèvent pour critiquer la qualité même des œuvres, relève Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde ».

Ce qu’en pense l’AFCAE (Association Française des Cinémas Art et Essai) :
« Quand on veut tuer son chien… » : Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage… surtout s’il est en bonne santé. En forçant le trait, c’est ce qui arrive au cinéma français en général et au Centre National du Cinéma dans plusieurs articles de la presse généraliste nationale. Une petite musique libérale lancinante et insistante égratigne le secteur.
Prenons la dernière tribune de Michel Guerrin, publiée dans Le Monde datée du samedi 15 juin, et titrée « Nombre de films ne sont-ils pas peu vus parce qu’ils sont médiocres ? ».
Dans sa conclusion, le journaliste se félicite du million de spectateurs en salle promis au film Parasite, en pointant néanmoins que les qualités de la Palme d’Or sont justement celles qui manquent à certains films français. « Voilà un film inclassable, attractif et complexe à la fois, qui croise les genres et qui est d’une force plastique sidérante. N’est-ce pas cet alliage qui manque souvent au cinéma français ? ». Effectivement, si l’on compare la plupart des films à la Palme d’Or, on risque de constater qu’ils sont moins bons. On peut aussi relever, après Roland Garros, que la plupart des joueurs de tennis sont décevants sur terre battue, comparés à Rafael Nadal.

Plus sérieusement, puisque l’on parle du Festival de Cannes, on glissera au passage que la Corée du Sud aura tout de même attendu 72 ans avant de décrocher sa première Palme d’Or. Et surtout que le cinéma français fait excellente figure au palmarès : Grand Prix à Mati Diop pourAtlantique, coproduction franco-belgo-sénégalaise ; Prix de la mise en scène aux frères Dardenne pour Le Jeune Ahmed, coproduction franco-belge ; Prix du scénario à Céline Sciamma pour Portrait de la jeune fille en feu ; Prix du jury (ex æquo) à Ladj Ly pour Les Misérables ; mention spéciale à Elia Suleiman pour It Must Be Heaven, coproduction franco-palestinienne ; Caméra d’Or à Nuestras Madres, coproduction franco-belgo-guatemaltèque ; Grand Prix de la Semaine de la Critique à Jérémy Clapin pour J’ai perdu mon corps ; Label Europa Cinemas à Nicolas Pariser pour Alice et le maire et j’en passe. Hors Palme d’Or, le cinéma français fait une razzia au palmarès avec des œuvres variées, inspirées, pour beaucoup excellemment écrites, et l’on fait la fine bouche ? C’est tout bonnement incompréhensible. La quasi-totalité des titres ne sont pas encore sortis en salles, mais on peut être confiant sur leur accueil public. Et si Parasite va rencontrer un tel succès en salle en France, c’est AUSSI parce qu’il a reçu la Palme du plus grand festival de cinéma du monde et qu’il est soutenu par un parc de salles au public exceptionnellement cinéphile. Nous signalons au passage, que contrairement à ce que dit l’article précité, le public des films d’auteur* résiste nettement mieux que celui des films grand public (en particulier pour les titres américains en 2018).

Faut-il une énième fois le rappeler ? Le cinéma français est champion européen toutes catégories : fréquentation, parc de salles, production. Par sa politique de coproduction, il est le poumon du cinéma d’auteur international. C’est le résultat d’un système ancien, solide, cohérent sur l’ensemble de la filière, maintes fois copié. Alors pourquoi désigner un verre à moitié vide quand il est aux trois quarts plein ? La critique ici se concentre sur la surproduction de films et la question de son éventuelle corrélation avec l’argent public. Deux terrains bien dangereux. Michel Guerrin parle de la « prolifération » des œuvres. Un terme étonnement négatif pour parler de production culturelle. Oui, il y a beaucoup de films, oui beaucoup d’entre eux ne touchent pas leur public en salles. Mais quelques éléments pour relativiser ce constat : l’exploitation publie TOUS SES CHIFFRES (y compris les mauvais) quand les autres diffuseurs ont plutôt tendance à ne parler que des bons et des moins bons voire à ne rien communiquer du tout (cf les plateformes) ; la forte production aboutit à une véritable diversité qui est nécessaire au renouvellement des talents, un système dont la rentabilité est à penser sur le long terme : en 2009, l’allemande Maren Ade n’enregistre que quelques milliers d’entrées avecEveryone Else et atteint pourtant plus de 300 000 entrées sept ans plus tard avec Toni Erdmann. Peut-on dire que Everyone Else était un échec ? Artistiquement, ce fut une réussite, économiquement, c’était une étape indispensable dans la carrière de l’autrice. Ce temps de mûrissement des talents, cette nécessaire diversité sont de moins en moins audibles dans les médias, sur la scène politique et dans les stratégies industrielles. On touche ici, justement, à la pertinence de l’intervention publique, qui, dans l’esprit, vient compenser les logiques économiques à court terme qui peuvent faire fi des enjeux culturels.

On lit, toujours dans le même article précité, que s’il y a « prolifération »des œuvres, hypothèse, ce ne serait pas « sans lien » avec l’abondance d’argent public. S’il y avait moins d’argent public, il y aurait effectivement sans doute moins de films, pour le vérifier il suffit de jeter un coup d’œil sur les productions italiennes, allemandes, espagnoles, britanniques, japonaises… Est-ce que, pour autant, leur production est de meilleure qualité ? Non, loin s’en faut. Nous sommes tout de même ahuris qu’un quotidien national de référence pose comme hypothèse crédible la baisse de l’intervention publique pour dynamiser un secteur culturel. C’est sans doute un signe des temps qui intervient quelques jours après la publication d’un rapport parlementaire signé par la députée Marie-Ange Magne (LREM) et quelques jours avant le renouvellement du poste de Présidente du CNC. Un CNC, qui « a plutôt bien fonctionné pendant soixante-dix ans » (sic) mais que la députée Marie-Ange Magne ne considère pas comme suffisamment transparent, qu’il faudrait contrôler un peu plus et, enfin, dont il faudrait plafonner les ressources même si les taxes perçues venaient à augmenter avec notamment « la nécessité de redéterminer les caractéristiques de la vie d’une œuvre cinématographique dont l’aboutissement n’est peut-être plus nécessairement la sortie en salles ». Une formulation bien abusive : cela fait des décennies que la salle n’est pas « l’aboutissement » de la diffusion mais sa première étape, ce qui est notoirement différent. Franck Riester, ministre de la Culture, a contesté point par point cette analyse, et l’on peut s’en féliciter. Mais il demeure une impression tenace : malgré tous les succès que le cinéma français peut enregistrer, il arbore, comme un stigmate, les marques du vieux monde. André Malraux et Jack Lang sont des références mais c’est le passé ! Côté nouveau monde, où en est le projet emblématique de la campagne présidentielle annoncé par Françoise Nyssen comme une « révolution », je veux parler du Pass Culture ? Rappel, l’objectif est de donner aux jeunes de 18 ans une belle somme pour consommer de la culture sans pour autant financer et développer la transmission du goût, de l’envie et de la curiosité. Dit autrement, mettre du carburant à une voiture dont la courroie de transmission n’a pas encore été vérifiée. Il y a deux ans, le gouvernement annonçait à terme 800 000 Pass à 500 euros. Soit 400 millions d’euros : plus de la moitié du budget du CNC, tous secteurs confondus (audio-visuel et cinéma) ! Deux ans après l’élection de 2017, 12 000 jeunes détiennent le Pass Culture, soit 1,5% de la classe d’âge. En 1948, deux ans après la création du CNC, le fonds de soutien était créé dans le cadre des accords Blum-Byrnes. Apprenti-sorcier besogneux et donneur de leçons, le nouveau monde a encore à apprendre des méthodes et de l’esprit du passé.

François Aymé
Président de l’Association Française des Cinémas Art et Essai

*En 2018, les films recommandés art et essai représentent 21,5% du marché contre 19,5 en 2017. Source : Rentrak.