Tous les articles par jonathanhemlock

La mule

Quel plaisir de revoir le grand Clint Eastwood devant la caméra et s’en donner à cœur à joie dans un numéro drôle et touchant dans lequel l’acteur montre davantage sa vulnérabilité et sa fantaisie. Dans la continuité de ses rôles de père et de mari raté, il incarne brillamment ce personnage qui, à l’aube de sa vie, tente une réconciliation avec les siens. S’il n’évite pas quelques outrances sur la description du monde des trafiquants et quelques scènes d’enquête policières un peu convenues, ce road movie s’avère très attachant et fait oublier les errements précédents de Clint. Ici, point de patriotisme exacerbé, aucune interrogation sur l’héroïsme, juste la vie d’un honnête homme, plutôt franc tireur, qui franchit la ligne blanche pour survivre et faire le bien autour de lui et réparer dans la mesure du possible. Parfaitement secondé notamment par Dianne Wiest, le film évite le pathos même dans ses moments les plus graves. On ne peut qu’espérer revoir Clint dans ses prochaines œuvres, car finalement il reste le mieux placé pour jouer des anti-héros Eastwoodiens ! Michel Senna

Dianne Wiest et Clint Eastwood dans La Mule

 

L’heure de la sortie

Un instituteur effectuant un remplacement dans une école provinciale, suite au suicide d’un professeur, se retrouve à la tête d’une classe d’adolescents surdoués au comportement bien étrange. A partir d’un postulat qui évoque de nombreux films étrangers des années 70, le réalisateur, Sébastien Marnier, a signé un film intrigant et plutôt soigné mais dont les références très nombreuses et l’oscillation permanente entre le suspense de genre, le film à thèse et le drame psychologique, ne permettent pas vraiment de croire à cette singulière histoire. Du reste faut-il être vraiment surdoué pour comprendre que le monde court à sa perte, et ce, dans l’indifférence générale. L’interprétation des jeunes acteurs manque un peu de naturel et pour sa part Laurent Lafitte, dont le jeu gagne en densité, promène son regard inquiet durant tout le film. On a un peu de mal à croire au vide affectif de son personnage homosexuel et à sa fascination pour l’œuvre de Kafka, notamment dans des scènes oniriques au symbolisme appuyé.
Bref, trop fourre-tout pour convaincre et un peu prévisible dans son final spectaculairement pessimiste, L’heure de la sortie n’en reste pas moins un exercice de style formellement réussi. Michel Senna

LETO

Un film russe rafraîchissant sur une jeunesse désabusée de Leningrad, au début des années 80, amatrice d’un rock puissant importé d’Occident. Bien qu’un peu longue, cette chronique, tournée dans un beau noir et blanc, est plaisante et bénéficie de trouvailles visuelles du plus bel effet même si elles confinent vers la culture clip. Le contexte du communisme y est évoqué sous un angle plutôt satirique à travers un personnage qui rêve d’anarchie et de plus de libertés.

Michel Senna