Archives pour la catégorie « L’ombre d’un doute »

La mule

Quel plaisir de revoir le grand Clint Eastwood devant la caméra et s’en donner à cœur à joie dans un numéro drôle et touchant dans lequel l’acteur montre davantage sa vulnérabilité et sa fantaisie. Dans la continuité de ses rôles de père et de mari raté, il incarne brillamment ce personnage qui, à l’aube de sa vie, tente une réconciliation avec les siens. S’il n’évite pas quelques outrances sur la description du monde des trafiquants et quelques scènes d’enquête policières un peu convenues, ce road movie s’avère très attachant et fait oublier les errements précédents de Clint. Ici, point de patriotisme exacerbé, aucune interrogation sur l’héroïsme, juste la vie d’un honnête homme, plutôt franc tireur, qui franchit la ligne blanche pour survivre et faire le bien autour de lui et réparer dans la mesure du possible. Parfaitement secondé notamment par Dianne Wiest, le film évite le pathos même dans ses moments les plus graves. On ne peut qu’espérer revoir Clint dans ses prochaines œuvres, car finalement il reste le mieux placé pour jouer des anti-héros Eastwoodiens ! Michel Senna

Dianne Wiest et Clint Eastwood dans La Mule


« The lost city of Z »

James Gray semble avoir tourné le dos au film « noir » qui avait fait son succès et celui de Joaquin Phoenix, son acteur fétiche dont on regrette vivement l’absence dans ce dernier film. En dépit de sa mise en scène impeccable, The lost city of Z s’avère assez décevant. 
Il y avait pourtant dans l’histoire vraie de ce militaire, devenu malgré lui un explorateur en quête d’une civilisation disparue en Amérique du Sud,
un véritable potentiel mais la magie n’opère pas vraiment. 
Le film n’est ni lyrique, ni vraiment spectaculaire, ni contemplatif et s’avère un peu convenu durant certaines séquences avec piranhas et autres tribus sauvages lanceurs de flèches.
On suit poliment les moments clé de la vie de Percy Fawcett, ses affres familiales avec sa femme et ses enfants, sa participation à la Première Guerre Mondiale, sa blessure, mais tous ces allers-retours ne permettent pas de s’immerger véritablement dans ces contrées sauvages aux confins du Brésil. 
Sans doute l’interprétation un peu lisse de Charlie Hunnam et de Robert Pattison, et leurs accents « so british » un peu forcés, n’arrangent rien.
Reste quelques très bonnes séquences, notamment celles assez piquantes avec le charismatique Angus Macfadyen qui incarne un odieux personnage qu’on aime détester.   Michel Senna

Loving

Tous les personnages des films de Jeff Nichols, jeune prodigue du cinéma indépendant américain, cultivent le goût de la différence ou de la singularité, à l’image de son dernier film « Loving », inspirée d’une histoire vraie.
Le réalisateur relate le combat d’une femme noire et de son mari blanc, contraints à l’exil pour s’être mariés dans un État qui ne le permet pas. Aidés par l’administration Kennedy, ils feront valoir leurs droits à la cour Suprême et cette injustice, bientôt médiatisée, amènera à un changement décisif dans la Constitution qui autorisera le mariage interracial dans tout le pays. 
Dans un registre où la démonstration est souvent de mise, Jeff Nichols évite tous les écueils et signe une œuvre sereine, tendre et réaliste. Plus une belle et tendre histoire d’amour qu’un film à thèse, « Loving » film bénéficie d’une mise en scène d’un bien beau classicisme et d’une interprétation subtile de Joel Edgerton et de Ruth Negga qui incarne les deux amants qui vont rentrer, un peu malgré eux, dans l’histoire.