Couv cahier du cinema-743 avril 17

LES CAHIERS DU CINEMA 

Avril 2018 – n°743

Éditorial
Animation minutieuse par Stéphane Delorme

Événement
L’Île aux chiens de Wes Anderson
Poubelle aux trésors par Joachim Lepastier
Chien par Vincent Malausa
Des chiens et des ordures entretien avec Wes Anderson, Jason Schwartzman et Roman Coppola – par Joachim Lepastier & Vincent Malausa
La vie des marionnettes documents choisis et commentés par Wes Anderson

Cahier critique
Frost de Sharunas Bartas – par Cyril Béghin
Sur la ligne de front entretien avec Sharunas Bartas – par Cyril Béghin & Nicholas Elliott
Nul homme n’est une île de Dominique Marchais – par Jean-Sébastien Chauvin
Beauté et désastre entretien avec Dominique Marchais – par Florence Maillard
Nico, 1988 de Susanna Nicchiarelli – par Joachim Lepastier
L’Héroïque Lande, la frontière brûle de Nicolas Klotz et Élisabeth Perceval – par Florence Maillard
Madame Hyde de Serge Bozon – par Florence Maillard
The Rider de Chloé Zhao – par Mathis Badin

Notes sur d’autres films

Après l’ombre (Stéphane Mercurio) – Coby (Christian Sonderegger) – Les Destinées d’Asher (Matan Yair) – Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot (Gus van Sant) – Eva (Benoît Jacquot) – Foxtrot (Samuel Maoz) – Kings (Deniz Gamze Ergüven) – Marie-Madeleine (Garth Davis) – Mes Provinciales (Jean Paul Civeyrac) – Milla (Valérie Massadian) – My Wonder Women (Angela Robinson) – Occidental (Neil Beloufa) – Southern Belle (Nicolas Peduzzi) – The Third Murder (Hirokazu Kore-eda) – Transit (Christian Petzold)

Journal
Enquête Cinéma israélien : année zéro ?
Cinémathèque Rencontre avec Franck Lubet, programmateur de la Cinémathèque de Toulouse
Festival Berlin, chants et paroles
Rencontre Josephine Decker et Ted Fendt, de New York à Berlin
Hommage Idrissa Ouedraogo, éternelle jeunesse
Hommage Adiós a Hugo Santiago
Série Gomorra, les pleins pouvoirs
Exposition Helmar Lerski : visages et lumière
Reprises Stévenin, Stevenson
Animation Les toy stories d’Hermina Tyrlova
Découverte L’Heure de la libération a sonné d’Heiny Srour
DVD Alexander Mackendrick, à hauteur d’enfant
DVD La Villa & Ki Lo Sa ? de Robert Guédiguian / Le Portrait de Jennie de William Dieterle
Festival Même pas peur à La Réunion
Festival Travelling : de Vienne à Rennes
News internationales
Disparitions Angela Ricci Lucchi, John Gavin

Analyse de séquence
Faust de F.W. Murnau
Un vent mauvais par Cyril Béghin

Hommage
André S. Labarthe
André S. Labarthe et le ruban de Mœbius par Nicolas Azalbert

Télé retrouvée
Fassbinder, réalisateur de séries
(Pas encore) tout à fait détruits par Alban Lefranc

Cinéma retrouvé
Shinsuke Ogawa
Les champs de Shinsuke Ogawa par Camille Bui & Hugues Perrot

sofilm59_

SOFILM n°59

WES ANDERSON
Wes Anderson
Kad Merad
Stefania Sandrelli
Jo Nesbo

20. André S. Labarthe
Hommage. Membre secret de la Nouvelle Vague, critique pointu et réalisateur de la célèbre série documentaire Cinéastes de notre temps, André S. Labarthe nous a quittés le 5 mars à 86 ans. Jean-Louis Comolli raconte comment son œuvre a, mine de rien, révolutionné la télé française.

22. Samuel Maoz
Hors Cadre. L’Israélien Samuel Maoz signe Foxtrot, récit allégorique et hypnotique d’un fils qui ne reviendra pas du front et d’une très grosse bavure. Un sujet qui n’a pas beaucoup plu à la ministre de la Culture… État des lieux, avec lui, d’un pays en « guerre permanente ».

26. Pierre Woodman, baroudeur du X
Portrait. Enfant terrible du X français formé à l’école Hot Vidéo, le sulfureux acteur-réalisateur règne sur une multinationale du casting recrutant essentiellement des femmes plantureuses issues des pays de l’Est. Itinéraire d’un pervers gaulois à la mécanique bien huilée dans la capitale européenne du porno.

30. La Belle du Sud sauvage
Story. C’est l’histoire d’une jeune Texane qui se débat avec une histoire familiale « fucked up » où circulent les vieilles rancœurs, la came et les restes d’un gros héritage. C’est en tout cas ainsi qu’elle apparaît dans un long métrage, Southern Belle. Problème, depuis le tournage, elle l’assure : ce docu est une fiction…

34. Wes Anderson
Couverture. En une poignée de films cultes, Wes Anderson et sa bande ont inventé un pan entier de la pop culture, de la décoration d’intérieur à la mode en passant par l’animation. Le tout, sous le haut patronage de saint Bill Murray et saint James L. Brooks. Anderson, c’est aussi une esthétique de maison de poupées immédiatement identifiable, à l’intérieur de laquelle il fabrique des films à la fois hyper-modernes et hors du temps. L’homme a accepté de se livrer ici avec coquetterie, mais sans fausse pudeur.
+ L’Île aux chiens : décryptage
+ Wes Side Story : reportage autour de la « WesAndersonisation » de New York
+ Portfolio : les illustrateurs de « Bad Dads »

68. Christopher Doyle
Interview. Australien installé à Hong-Kong devenu chef opérateur sur le tas après une bien mystérieuse vie de bohème, Christopher Doyle s’est fait un nom dans la pénombre et les néons du Wong Kar-wai période In the Mood for Love ou Chungking Express, avant de travailler avec Gus Van Sant, Jim Jarmusch ou M. Night Shyamalan. Un original, un vrai.

72. Kad Merad
Interview. Kad sans O n’a plus peur d’alterner la grosse comédie « légère » et le drama façon Tchao Pantin. Peut-être parce que le Baron noir qui restera dans les annales, c’est lui, plutôt que Julien Dray ? Du Club Med à Delarue, des faubourgs de Ris-Orangis au 6e arrondissement de Paris, confessions d’un inconnu passé Superstar sans jamais arrêter de faire le pitre.

80. Stefania Sandrelli
Légende. Arrivée au cinéma par hasard, elle est devenue l’une des actrices clés de cette farandole de comédies brocardant les mœurs de l’Italie dans les années 60 et 70, et même des grands films politiques de Bertolucci et Scola… Stefania Sandrelli est un des ultimes témoins de cet âge d’or, et des films qui l’ont marqué. À tel point qu’elle ne peut voir la situation politique et culturelle italienne actuelle sans une certaine rage très « Sandrelli »…

86. Jo Nesbo
Extra. Derrière les millions d’exemplaires écoulés et sa dégaine de flic tendu échappé d’un épisode de The Shield, Nesbø sait aussi théoriser le mariage pas toujours évident entre cinéma et littérature policière. Comment ? En slalomant tout schuss entre Martin Scorsese, True Detective et même… la perfection narrative de Toy Story 3.

 

couv (1)

POSITIF 686 | Avril 2018

Dossier

L’AUTOPORTRAIT

Critique du film Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot de Gus Van Sant et entretien avec le réalisateur

Critique du film The Rider de Chloé Zhao
et entretien avec le réalisateur

Critique du film Notre enfant de Diego Lerman
et entretien avec la réalisatrice

Le style photographie néo-réaliste par Nestor Almendros.

Une réflexion autour de Jacques-B Brunius et de l’affaire Woody Allen.

Un retour sur les films Mon XXeme siècle
et Le Bel Antonio.

BD
Misfits par Luz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s