The Young Lady

Dans le nord de l’Angleterre, au 19ème siècle, une jeune femme, victime d’un mariage arrangé totalement dénué d’amour, subie l’humiliation de son mari, un rien pervers, et de son très autoritaire beau-père. Restée seule dans son vaste domaine situé à l’écart de tout, elle s’éprend d’un palefrenier et se met ensuite à éliminer tous ceux qui pourraient entraver cette « love story ». 
Entre le film d’époque et le film noir, ce huis-clos épuré au maximum, doit beaucoup à Florence Pugh, quasiment de tous les plans, très convaincante dans ce rôle de jeune lady qui passe de l’ennui le plus profond à des sentiments plus violents.
Dommage que ce premier film de William Oldroyd, assez classique et soigné dans sa mise en scène et ses décors, pèche par l’interprétation trop caricaturale des autres protagonistes.

Michel Senna  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s